RSS

Archives Mensuelles: juillet 2012

Livret de règles RULES GRATUIT

Ça y est !

Il est enfin arrivé !

LE LIVRET DE RÈGLES R.U.L.E.S. DANS SA VERSION GRATUITE !

Vous pouvez le télécharger librement, le diffuser autant que vous le voulez.

Pour le télécharger, cliquez ici !

IMPORTANT : IL SEMBLERAIT QU’UN PROBLÈME D’AFFICHAGE (PAGE TOTALEMENT NOIRE) SE PRODUISE SOUS MAC.NOUS VOUS RECOMMANDONS DONC D’ENLEVER DANS LA BIBLIOTHEQUE INTERNET PLUGS-INS LE PLUGIN  AdobePDFViewerNPAPI APRES AVOIR SAUVEGARDE. EN ESPERANT QU’APPLE FERA RAPIDEMENT UNE MISE A JOUR;

La version complète, en numérique et support papier, sera bientôt disponible elle aussi.

BON JEU !

Publicités
 
9 Commentaires

Publié par le 30 juillet 2012 dans Livre de règles, Téléchargement

 

Nous contacter

Vous voulez nous envoyer une suggestion ? un scénario ? une adaptation ? Alors écrivez nous à contact@jeurules.fr

 
Poster un commentaire

Publié par le 29 juillet 2012 dans Uncategorized

 

Étiquettes : , ,

Au commencement était l’Oeuf !

Au commencement était la nuit, profonde et absolue, éternellement vide et froide. Dans ce vide, la Grande Nuit s’ennuyait et Elle créa l’Œuf. Durant mille fois mille éons, Il flotta en patientant dans Sa gangue de glace. Puis l’Œuf Se fendilla, perdant un à un des morceaux plus gros que des continents,et d’autres petits comme les grains de sable. Lentement, le père des pères, le Grand Dragon de lumière s’éveilla. Il ne vit que la nuit et cela déclencha Sa colère ! Il souffla par trois fois ses flammes rouges de rage.

Du premier feu, Il fit fondre les plus gros morceaux de coquille et les aggloméra en trois grandes plaques qu’Il nomma « îles-mondes »..

Du second feu Il fit fondre les quatre plus petits morceaux et les aggloméra en une petite sphère. La sphère avait encore un peu d’albumine céleste sur elle, et ce blanc s’enflamma, donnant naissance au soleil.

Du troisième feu, Il fit fondre les innombrables petits grains de coquille qui restaient et ceux-ci flamboyèrent d’un souffle glacé, les étoiles étaient nées.

Le Grand Dragon contempla Son œuvre et Il fut satisfait. Il dormit durant mille fois mille siècles.

A Son réveil, il contempla Sa création et fut déçu : rien n’avait changé. Les trois îles-mondes flottaient autour de leur soleil, au milieu des étoiles froides. Il manquait la vie.

De Sa chair verte, Il a d’abord créé les pierres, les roc, la terre et les végétaux qui couvrent le sol.

De Sa queue bleue, Il a ensuite créé l’eau des mers et des lacs, des rivières et des torrents.

De Sa tête blanche, Il a ensuite créé l’air qui entoure les trois îles-mondes, les vents et les orages et le souffle dans les herbes.

Le Grand Dragon contempla Son œuvre et Il fut satisfait. Il dormit pendant mille fois mille décennies.

A son réveil, Il contempla Sa création et fut émerveillé. Le slag et les balaks couvraient le monde, mille couleurs différentes, mille odeurs musquées. Le Grand Dragon savoura et Il fut heureux. Pourtant, dans son cœur, le feu de création grondait toujours ! Ces trois mondes étaient beaux, mais Lui était seul pour les contempler et Son cœur rêvait de voir ces merveilles admirées !

De Ses écailles vertes, Il façonna mille fois mille corps, certains grands et d’autres petits. Insectes, animaux, et ses élus, les krags…

De Ses écailles bleues il fit couler le sang et il en remplit les corps.

De Ses écailles blanches il fit souffler la sagesse et la folie, l’intelligence et la bêtise, la douceur et la rage.

Pourtant les corps restaient inertes ! Alors le Grand Dragon pleura amèrement sur Son échec. Seul Il était, et seul Il resterait, jusqu’à la fin des temps. De ses yeux devenus rouges,une larme amère de colère et de tristesse tomba sur un grand nombre de corps, qui s’éveillèrent en criant et gémissant de terreur : les peuples ténébreux s’éveillèrent à la vie, dans l’horreur de leur condition.

Le Grand Dragon écarquilla les yeux d’étonnement et une larme de surprise, grise comme l’argent tomba sur un plus petit nombre de corps : les peuples libres s’éveillèrent à la vie.

Le cœur du Grand Dragon se gonfla de joie à l’idée de ne plus être seul et une dernière larme, une larme dorée de bonheur coula de Ses yeux et donna vie aux derniers corps, les plus rares, ceux qui ressentent la magie.

Le Grand Dragon contempla ses myriades d’enfants et s’endormit satisfait. Il dormit pendant mille fois mille ans et à son réveil Il s’étrangla de rage ! Les créatures s’étaient multipliées tant et tant qu’il n’y avait plus de place ! Colère et violence régnaient partout et rien n’y mettait fin car les premiers créés ne connaissaient pas la mort ! Sa rage infinie forma une immense colonne de fumée noire qui fusa entre Ses crocs, et la vapeur sinistre s’enfonça dans le cœur des créatures.

Certains en reçurent plus que d’autres, et c’est pour cela qu’il y en a qui ne vivent qu’une heure, et d’autres qui vivent mille ans ! Guerre, famine, rage et mort dévastèrent les trois îles-mondes, tandis que le Grand Dragon hurlait Sa colère. Mille fois mille jours Sa colère dura, et soudain Il fut apaisé et prit pitié de ses créatures. Elles avaient besoin de guides, des seigneurs sages pour leur éviter les excès.

De Son ventre vert Il créa Gomatt, le Grand Dragon Vert et lui ordonna de veiller sur les créatures terrestres, les éduquer et les guider.

De Sa queue bleue Il créa Sorrmatt, le Grand Dragon Bleu et lui ordonna de veiller sur les créatures aquatiques, les éduquer et les guider.

De Sa tête blanche Il créa Alzmatt, le Grand Dragon Blanc et lui ordonna de veiller sur les créatures aériennes, les éduquer et les guider.

De Son cœur rougeoyant Il créa Kakmatt, le Grand Dragon Rouge et lui ordonna de veiller sur les créatures liées au feu, les éduquer et les guider.

Le Grand Dragon contempla ses quatre enfants, les plus puissants de toutes ses créatures. Ils allaient régner sur les êtres vivants, les gouverner et les protéger. Puis Il contempla les trois îles-mondes et fut horrifié par les montagnes de charognes que plus d’un siècle de haine et de folie meurtrière avaient engendrées. Les mortels tremblaient à l’idée de leur mort, et d’innombrables âmes en peine se lamentaient autour de leurs cadavres pourrissant, sans espoir. Le Grand Dragon eut honte de Sa colère, et de ses crocs devenus noirs par la fumée de mort Il créa Hortmatt, le Grand Dragon Noir. Il lui ordonna de veiller sur les morts et de juger les âmes : aux criminels indignes de leur peuple, une longue errance sous forme d’esprit, aux êtres honnêtes respectant les usages de leur peuple, l’union avec leur Grand Dragon tutélaire.

Puis, le cœur enfin soulagé, le Grand Dragon se roula en boule au cœur du soleil et s’endormit, épuisé d’avoir tant donné. Il dort depuis quarante siècles maintenant, et les prophéties assurent qu’Il se réveillera un jour pour contempler ce que Ses enfants ont fait des îles-mondes et juger s’ils sont dignes de Lui.

Durant les premiers siècles, les quatre premiers Grands Dragons ont beaucoup créé, cherchant à améliorer l’œuvre du Père Céleste en y apportant leur touche personnelle.

Gomatt, le Grand Dragon Vert, a été le plus prolifique ! Il créa de nombreux animaux et créatures intelligentes. Des krags, la race bénie créée par le Père Céleste, il créa les grands krags bruns, forts et travailleurs.

Sorrmatt, le Grand Dragon Bleu, se contenta d’améliorer les créatures déjà créées par le Père Céleste : il créa les gigantesques tortues géantes, les grands monstres des profondeurs et les créatures cachées dans les failles sous-marines. Aux krags amoureux de la mer, il offrit la possibilité de vivre sous l’eau et ceux qui le suivirent se transformèrent en la race des krags bleus.

Alzmatt, le Grand Dragon Blanc, était le plus réfléchi des Grands Dragons. Il ne créa que très peu, préférant garder pure l’œuvre du Père Céleste. Aux krags amoureux des vents, il offrit le pouvoir de parler aux animaux volants.

Kakmatt, le Grand Dragon Rouge, était le moins raisonnable de tous. Né du cœur incandescent du Père Céleste, il en avait hérité la bravoure, la hardiesse, mais aussi l’emportement et le goût de la colère… Non seulement il offrit aux krags les plus batailleurs la possibilité de devenir encore plus puissant, créant la noble race krags rouges, mais il créa aussi les terribles krags noirs, venimeux et malfaisants.

Sormatt, Alzmatt et Gomatt furent fous de rage et attaquèrent simultanément Kakmatt, tandis que sur les îles-mondes les peuples nouveaux-nés s’entre-tuaient !

Alkarek, du peuple des krags rouges, puissant sorcier de guerre cherchait dans les mondes magiques de nouveaux alliés. C’est alors qu’il ressentit le lointain appel au secours de tout un peuple ! Usant de ses plus puissants sortilèges il matérialisa au large de Talkia, son île-monde, l’île où vivait le peuple en cours de destruction. Il regretta rapidement son geste ! Les créatures étaient malingres, sans écailles ni griffes, leurs yeux étaient faibles et ne voyaient pas la chaleur… Des choses inutiles pour la guerre ! Il envisagea d’abord de les anéantir puis, fatigué par l’énorme puissance de son sortilège, il décida de simplement les réduire en esclavage. Au fil de siècles que sa magie lui permettait de vivre, il expérimenta de nombreux enchantements visant à améliorer les faibles anthropôs, comme ils s’appelaient eux-mêmes. Les nombreux mutants et monstres qu’il créa servirent et moururent par milliers pour Alkarek jusqu’à ce qu’il règne sur la totalité de l’île-monde avec le titre d’empereur !

Durant ces siècles de violence, les flux de magie rugissaient dans la haine avec une telle force que le soleil bougea sur son axe, de larges taches noires apparurent sur sa surface et des éruptions volcaniques ravagèrent les trois îles-mondes. De celles-ci, autrefois parfaitement circulaires, de gros morceaux se détachèrent, donnant naissance aux îles-mineures, qui flottent dorénavant entre elles. C’est à cet instant qu’Hortmatt, le silencieux Grand Dragon Noir, s’éleva au milieu de ses quatre frères. De ses griffes décharnées il montra les astres pris de folie, les étoiles qui tombaient sur les îles-mondes, provoquant des cataclysmes. De sa tête squelettique il pointa enfin le soleil et ses frères virent avec horreur que les taches noires n’étaient autres que les écailles du Père Céleste dont le sommeil se troublait… Si la guerre continuait, Il se réveillerait et Sa colère serait infinie, Sa sanction sans pitié.

La mort dans l’âme, chaque Grand Dragon regagna ses domaines, pansant ses blessures dans une rancune que seul un immortel peut avoir aussi profonde. Sur les trois îles-mondes et les îles-mineures, les peuples se partagèrent l’espace et les ressources, et si des guerres eurent encore lieu, aucune ne fut aussi totale et dévastatrice.

Au cœur du soleil, le Père Céleste dort. Pour combien de temps encore ?

 
Poster un commentaire

Publié par le 26 juillet 2012 dans Les îles-mondes du Grand Dragon

 

Finalisation du nouveau livret

Eh bien voila…

Le nouveau livret de règles est quasiment fini. Il fera 100 pages en tout, en noir et blanc (pour que le coût en soit minime !)  et fournira les règles de magie, un bestiaire, deux scenarii, des règles optionnelles et pleins de petites choses…

Il sera disponible d’ici la fin de l’été, le temps que la couverture soit terminée et que les dernières corrections orthographiques soient faites !

A très bientôt !

 
Poster un commentaire

Publié par le 25 juillet 2012 dans Livre de règles